Mardi 14 mai 2 14 /05 /Mai 13:40

Le Dr Marianne Mousain-Bosc, pédiatre à la retraite et chercheur à l'Université de Nîmes, a écrit un ouvrage sur l'impact du magnésium et de la vitamine B6 conjugués, sur l'autisme, l'hyperactivité, les troubles de comportement, l'épilepsie, ou encore la dépression. « On a remarqué qu'il y a beaucoup de comportements proches entre la maladie d'Alzheimer et l'autisme », explique Mélissa Chauvier. Dans le cadre de la prise en charge du traitement de Solal, elle a invité Marianne Mousain-Bosc à venir témoigner de l'avancement de ses recherches, ainsi qu'un parent d'enfant handicapé qui suit le traitement.

Jeudi 16 mai, à 20 h 30, conférence gratuite et ouverte à tous, au centre socioculturel de Ragon. Vendredi 17 mai, la pédiatre propose de rencontrer gratuitement les familles qui le souhaitent. Le nombre de places est limité. Réservation au 06 37 93 13 71 ; sante-ted-44@aliceadsl.fr

Des  liens très intéressants vers une discussion sur le magnésium, la vitamine B6, et la ritaline...

http://altr.forumactif.com/t6-alternative-a-la-ritaline

http://blog.psychotherapie-integrative.com/la-solution-magnesium/

 

Par Cléa - Publié dans : nutrition alimentation autisme - Communauté : Autisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 2 juin 6 02 /06 /Juin 13:38

 

SON - RISE généralités

  Barry Neil Kaufman, un des fondateurs du Son-Rise, rappelle que l'autisme a été perçu en 1974 comme  une difficulté de l'interaction sociale  et un problème neurologique et non comme une difficulté comportementale.

Se dire que l'enfant fait toujours de son mieux au moment où il le fait, et croire que "tout peut arriver".

Il y a toujours 5 étapes à suivre: le JOINING, le feu vert, la célébration, l'action, le défi. Les 3E ( Enthousiasme, Energie, Exubérance) sont à l'oeuvre.

 

I) Le JOINING : imiter exactement la stéréotypie (ISMS) de l'enfant en gardant une certaine distance physique et en se déplaçant comme lui ( s'il se déplace). Ce n'est pas nous en tant qu'intervenant qui décidons d'arrêter de l'imiter, c'est l'enfant lui-même jusqu'à que se produise ce qu'on appelle le FEU VERT. L'imitation de la stéréotypie va durer tant que l'enfant est exclusif. L' intervenant essaie de ressentir en étant bien présent ce que l'enfant ressent en faisant ce geste.

 

II) Le FEU VERT : lorsqu'il prend contact et qu'il n'est plus exclusif, c'est donc le FEU VERT qui se manifeste par un croisement oculaire avec nous, ou l'enfant va nous toucher, ou émettre un son, une demande Lorsque l'enfant demande un jeu, il donne un feu vert. Aussi quand il demande quelque chose en prenant la main etc ...

 

III) La CELEBRATION : Lorsqu'il y a un FEU VERT, alors il y a CELEBRATION, c'est-à-dire que l'intervenant (parent, bénévole ou professionnel) va exprimer avec les 3E (Enthousiasme, énergie, exubérance) sa joie que l'enfant donne ce Feu Vert. C'est une étape très importante car la célébration est ce qui apporte le plus sur le plan relationnel. La célébration est très expressive et chaleureuse, on utilise le « Je » : « J'adore quand tu me regardes dans les yeux, merci beaucoup Bini », « Je suis très contente que tu m'aies souri, merci Bini », « Je suis très contente que tu m'aies touché, merci Bini ».On joint à la parole un sourire, une chanson, un mouvement de bras, une petite danse. Les choses déjà acquises sont aussi célébrées.Tout au long de la journée, autant de Feux Verts, autant de célébrations.

 

IV) L'ACTION : dans l'attitude 3E (enthousisame, énergie, exubérance) l'intervenant CONSTRUIT tout de suite après la célébration UNE ACTION en utilisant un élément, par exemple des marionnettes pour créer un petit scénario amusant et susciter la motivation, l'intérêt de l'enfant. Ce scénario fait appel à la créativité de chacun(e). Lorsque l'enfant est très motivé, on va pouvoir lancer le DEFI. 

 

V) Le DEFI : par exemple si l'enfant est non-verbal, le défi va être de demander à l'enfant de prononcer un mot : « dis « trampoline », « dis « bonbon », « dis « dehors », « dis « balançoire », « dis « musique », « dis « livre »«  dis « massage ».(s'il dit des mots on va lui demander d'en dire deux , puis ultérieurement, une phrase.) Le défi est décidé librement par l'intervenant, sur la base des objectifs fixés de la période en cours, avec l'aide du tableau de développement Il n' y a pas de "forcing", la relation passe avant l'apprentissage.

 

Synthèse de Clea Bini sur les cinq étapes suite au stage Son-Rise en France en mai 2012.

Par Cléa - Publié dans : Son-Rise - Communauté : Autisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 31 mars 6 31 /03 /Mars 21:44

Quelques notes pêle-mêle que j'ai prises pendant un débat mené par des spécialistes de l'autisme et qui s'est tenu après la diffusion du film "Nos plusieurs" le 22 mars :

-Les autistes les plus déficitaires ont des compétences.

-Les apprentissages des routines, de l'imitation , c'est mieux sous forme ludique que sous forme imposée.

-Ce qui est vrai pour tous les autistes, c'est un sentiment de dévalorisation. S'ils peuvent "s'éclater" quelques heures par semaine, c'est positif pour eux. Ils ont un besoin de reconnaissance, de jouer un rôle social.Les autistes ont les mêmes émotions que nous mais ont des difficultés à les exprimer.

-Ils reconnaissent la valeur travail, l'oeuvre, la création: c'est ici (dans le film projeté) le théâtre, mais ce porrait être n'importe quelle activité avec du sens, un but.

-L' échec est très douloureux à vivre pour l'autiste, il lui faut une interaction positive.

-Ils ont besoin de réponses variées et personnalisées.

-3/4 des diagnostics sont faits par les familles.

-E.W a parlé de la scolarisation, en école maternelle, CLIS, ULIS, UPIS: ces deux derniers conviennet mieux aux autistes (Les Segpa ne conviennent pas)

-Au Québec l'Aba est obligatoire depuis 2003.-Aba est une marque déposée qui permet des progrès considérables mais dont on ne connait pas les effets à long terme (on ne sait pas ce que sont devenues les personnes).

De toute façon dès qu'on est dans l'éducatif on fait de l'Aba.

Dérives de l'Aba: les récompenses alimentaires, alors qu'une bise peut constituer aussi un renforcement positif.

Avec l'approche Denver, il y a les récompenses sociales, et la récompenses la meilleure c'est quand on propose à la personne ses centres d'intérêt. L'exemple de Sabine, la soeur de S.Bonnaire, est cité. Dans le film "Elle s'appelle Sabine", on voyait qu'elle n'avait aucun intérêt pour l'activité de jardinage qui lui était proposée. Maintenant, depuis qu'elle est sur ses centres d'intérêt propres, elle va beaucoup mieux.

A noter qu'on peut exploiter toute sorte de centre d'intérêt, même les stéréotypies, en les imitant.

Au sujet des macrolides (traitement aux antibiotiques mené par le professeur Montagnier) pour l'instant on ne peut tirer de conclusions.

Selon la Has, aucne méthode ne doit être utilisée exclusivement.

 

Ma conclusion: en rassemblant  divers éléments de ce débat, je me dis que la méthode des 3i et du Son Rise sont valorisés même si à aucun moment ils n'ont été mentionnés.

L'apprentissage sous forme ludique par rapport à quelque chose d'imposé,  l'attitude positive envers les personnes autistes qui ont besoin de reconnaissance, la focalisation sur leurs centres d'intérêt, y compris l'utilisation des stéréotypies.

Par Cléa - Publié dans : autisme - Communauté : Autisme
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 6 mars 2 06 /03 /Mars 21:48

Il apparait que la façon de s'alimenter a un impact certain sur le comportement d'un autiste. Par exemple le gluten sur l'hyperactivité et l'agitation en général. Le sucre industriel aussi bien sûr. Ceci est à prendre sérieusement en considération.

Quelques sites retiennent mon attention :

http://intolerancegluten.com/

http://biologie-autisme.org

http://autism.com

http://rizen-sans-gluten.com

http://www.gerble-sans-gluten.com/recettes-sans-gluten.html

http://autism-supplementsforautism/index.php?main_page=shop_by_category

 

 

 

"Pour leur part, la vitamine B6 et la diméthylglycine, des substances d'origine naturelle, paraissent aussi jouer un rôle déterminant auprès d'un pourcentage notable d'autistes; dans plusieurs cas, ces substances peuvent même remplacer avantageusement certains composés médicaux."  source  site internet de la société québecquoise de  l'autisme.

Par Cléa - Publié dans : nutrition alimentation autisme - Communauté : Autisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 3 mars 6 03 /03 /Mars 22:03

 

a
Par Cléa - Publié dans : témoignage de réussite complète avec le Son-Rise
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Texte Libre

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés