Résumé de la situation

Publié le par Cléa

Bini notre fils de 18 mois est né en janvier 2007 avec un torticolis congénital. Il pesait à la naissance 2,490 kg, pour 48 cm. 10g de plus et on ne parlait pas de RCIU ! Malheureusement l'ostéopathe qu'il a vu au cours de sa première année n'a rien décelé, aucune lésion, aucun torticolis.Il n' a pas vu non plus sa plagiocéphalie importante confirmée au scanner lors de son hospitalisation entre le 12 et le 22 août 2008. En juin 2008, j'avais décidé de consulter un autre pédiatre. Bini qui avait été rarement malade, à l'occasion d'un refroidissement, stagnait au niveau du poids, déjà qu'il était sorti de la courbe de normalité depuis ses 4-5 mois pour ne jamais y revenir. Son médecin généraliste qui le suivait depuis sa naissance, ne s'était pas trop inquiété, ni à  la visite des 6  mois,  ni à  celle obligatoire du neuvième mois juste quelques conseils.
Ce n'est que quelques mois plus tard, que ce nouveau pédiatre prescrivit des tas d'analyses pour trouver la cause de ce retard pondéral det des acquisitions. A seize mois Bini à partir de la position allongée ne s'asseyait pas tout seul
dans son lit.
Ce pédiatre partit en vacances, je me suis retrouvée  avec les résultats de laboratoires un vendredi soir, et personne pour m'éclaircir sur la signification des données. Le samedi, je partis en quête d'un médecin généraliste disponible pour le faire. Sensi à la situation de Bini ce médecin décida  de trouver rapidement un pédiatre  qui pouvait  intervenir  et faire en sorte  que notre fils aille en hôpital de jour pour faire un bilan  complet.
C'est ce qui arriva: il fut trouvé un pédiatre de formation neuro, qui travaillait un peu aussi à l'hôpital.
Il nous reçut, examina avec attention Bini, prescrivit des séances de kinésithérapie  et de psychomotricité.
Nous eûmes un rendez-vous début août à l'hôpital de jour. On luit préleva du sang et Il vit ce jour-là plusieurs médecins spécialistes, pédiatre endocrinologue, neuro pédiatre, gastro-entérologue, diététicienne.

Publié dans santé

Commenter cet article